L’approche sociale d’un entrepreneur

Un grand patron du début du XXe siècle : entre paternalisme et gestion des ressources humaines

Berliet - L'approche sociale d'un entrepreneur (IDB012)

Berliet et les questions sociales

En 1912-1915, avec l’introduction de l’Organisation Scientifique du Travail à Vénissieux — O.S.T.: la division fonctionnelle du travail mise au point par Taylor au début du XXe siècle — apparaît le système de rémunération lié au temps et à la production. Une forme plus classique se maintient, à l’heure, pour certaines tâches comme l’entretien. L’existence d’un certain nombre de primes permet alors de récompenser la "capacité". A partir de 1921 et jusqu’à 1925, pour sortir de la crise, les primes sont destinées à mobiliser le personnel. En 1919, la prime d’ancienneté est créée et en 1923, des indemnités familiales sont versées à Monplaisir.

Dès 1917, la crèche de Vénissieux offre une distribution quasi gratuite de lait jusqu’à l’âge de 2 ans "à tous les enfants des ouvriers de l’usine, ainsi que des visites médicales et des conseils aux parents". L’école est située au sein de la Cité Berliet, quartier éloigné du bourg de Vénissieux. Elle accueille exclusivement les enfants qui y habitent et compte deux classes primaires. En 1935, cette capacité est doublée. La Cité Berliet répond au besoin d’implanter la main-d’oeuvre nécessaire au fonctionnement continu de l’usine: entretien, réseau de fluides… De dimensions modestes — 100 familles en 1925 —, elle aligne des maisons jumelles ou quadruples avec jardin, inspirées de Tony Garnier et conformes au modèle américain. Sur les réserves foncières de Vénissieux, Marius Berliet a installé la ferme et les jardins ouvriers. La première fournit le lait à la crèche et approvisionne la cantine. En 1940, 1500 foyers cultivent plus de 40 hectares de terrain.

A partir de 1914, Berliet développe un système d’assurances sociales, afin de venir en aide aux familles des soldats. Il se transforme en 1919 en Caisse de Secours, couvrant maladie, maternité et décès. Elle assure également une retraite à ses membres dès 1929. En 1930, lors de l’application de la loi sur les Assurances Sociales, elle est affiliée à la Caisse Autonome du Rhône. Elle assure à ses membres un secours, grâce à un fonds de réserve alimenté par l’entreprise.

Enfin, dans le domaine de la formation, un atelier d’apprentis est créé en 1908. Il est réorganisé en 1920 pour remplir un triple objectif: formation, éducation, intégration. L’adolescent entre avec son certificat d’études et reçoit pendant trois ans une formation pratique et polyvalente. Celle-ci est confiée à des instructeurs "maison". Sa bonne réputation fait que l’Ecole d’Apprentis Berliet a longtemps joué un rôle de formation de main-d’oeuvre qualifiée dans la région Rhône-Alpes.